Ce diaporama nécessite JavaScript.

Randonnée printanière qui a débuté sous un soleil voilé mais la beauté du paysage  vallonné a vite fait oublié la fraîcheur. Parcours entre  les bois et les près bleu de jacinthes sauvages. Des vielles pierres de bâtiments de ferme et d’un château ; une chapelle où l’on venait en procession pour quémander la pluie ; des moulins et des ruisseaux. La Bretagne n’a pas que des plages. Pour ce qui est de quémander la pluie, il va falloir y réfléchir…

Je vous fais profiter d’une poésie choisie pour la circonstance

Sentier printanier

Il est un sentier creux dans la vallée étroite,
Qui ne sait trop s’il marche à gauche ou bien à droite.
C’est plaisir d’y passer, lorsque moi sur ses bords
Comme un jeune prodigue égrène ses trésors.
L’aubépine fleurit ; les frêles pâquerettes,
Pour fêter le printemps, ont mis leurs collerettes.
La pâle violette, en son réduit obscur,
Timide, essaie au jour son doux regard d’azur,
Et le gai bouton-d’or, lumineuse parcelle,
Pique le gazon vert de sa jaune étincelle.
Le muguet, tout joyeux, agite ses grelots.
Et les sureaux sont blancs de bouquets frais éclos
Les fossés ont des fleurs à remplir vingt corbeilles.
À rendre riche en miel tout un peuple d’abeilles.

Théophile GAUTIER –  » Poésies  »

 

Publicités